jeudi 14 août 2014

ZONE 52, numéro 1, septembre 2014

Encore un nouveau venu dans le fanzinat hexagonal pour notre plus grand plaisir ! Zone 52, édité par Jérémie Grima, brasse large et, à l'instar, d'Every day is like Sunday, nous cause à la fois de cinéma, de musique, de BD et de culture en vrac, faisant fi des frontières artificielles entre les domaines. Musicalement plutôt orienté métal, le zine évoque entre autres d'Anathema (avec entretien), de Metallica ou encore de Megadeth. Pour le cinéma, les reviews, en vrac, passent allégrement des Guerriers de la Nuit à Lone Ranger en passant par quelques pépites des années 80 (Poltergeist, Halloween III,etc.). Des rubriques sur la BD et les jeux vidéo complètent le sommaire.
Bien écrit, chouettement illustré (magnifique couverture "weird"), Zone 52 se lit d'une traite !
A commander fissa par ici !
62 pages, format A5, couverture couleur. 5 euros
Disponible dès septembre sur la petite boutique de Médusa


jeudi 24 juillet 2014

Quelques nouvelles estivales

 Retirage Médusa Fanzine n° 25 (noir et blanc) : Le soir, vous fixiez les étoiles et la lune noire sans parvenir à vous endormir, par nuit pris de cauchemardesques insomnies vous regardiez les minutes défiler sur l'écran de votre radio-réveil, le matin vous vous réveilliez dans le gaz, la bouche pâteuse comme un camembert oublié dans le bac du frigo et la journée vous erriez obsédés par cette seule idée entêtante : damned j'ai loupé le 25ème numéro de Médusa fanzine, le numéro anniversaire, le numéro où le Bis grec s’accouple aux films d'éducation sexuelle allemand, où John Landis, Jean Rollin, Eugenio Martin, Luigi Cozzi répondent à nos questions aiguisées, où le talent d'Aurélia Mengin Réalisatrice explose au grand jour, où Le maître des illusions est disséqué comme un œil de bœuf en cours de sciences naturelles, où Xavier Ournac, Yann Moine, Anthony Vavasori se racontent, où les teutons bronzent au soleil, où Maniac s'en prend à Maniac et tant d'autres aventures. Séchez vos larmes, vous avez bien fait de garder espoir... Retirage du Médusa Fanzine n°25 noir et blanc disponible le 30 juillet. Mine de rien cela porte le tirage de ce numéro 25 à 450 exemplaires. Objectif 500 pour le 26 ?

Médusa Fanzine n°26 : La conception du numéro avance doucement et surement avec comme prévu une sortie pour janvier / février. déjà des dossiers inédits dans l'Hexagone sont au sommaire, tout comme des entretiens, comment dire, assez incroyables ! 

   Collection Gore : Je cause de la collection gore, du Gros et un peu de Médusa dans cet entretien pour Toxic crypt. Il y a également une superbe interview de David Didelot avec des questions pertinentes, intéressantes et qui sortent du tout-venant rédactionnel : ici


jeudi 10 juillet 2014

RADIO MEDUSA, EPISODE 15, IRON FANZINES

Et de 15 pour Radio Médusa dans cet été évènementiel dans l’Arrageois (Main square, coupe du monde, Tour de France...). L’été n’est pas très chaud pour le moment et les fanzines se font rare, il y a pourtant matière à parler de Cafzic, Exhumed Movies, Le SteadyZine, Torso, Toutes les couleurs du Bis et du Bissophile. La venue d’Iron Maiden fut pour moi l’occasion d’inviter ce grand fan devant l’éternel David Vidéotopsie Didelot qui en a profité pour visiter les locaux chaleureux de Radio PFM ! Et de faire ma première interview non téléphonique, un petit évènement quand même avec en bonus Bulle, présent dans la station et qui s’incruste au micro.

Je cause également un peu de The Ecstasy of films, d’Artus, du livre d’Adrien Clerc sur Anthony Balch et de quelques autres trucs.

Programmation musicale :
Nashville Pussy - Beginning of the end
Rancid - Fuck You
Pennywise - Nothing to lose
The Darkness - Street Spirit (Fade out)
Rise Against - Awake too long (extrait du dernier album)

et des surprises (bandes annonces, morceau final...)

Le lien : lundi 14 juillet 21h30




vendredi 27 juin 2014

MEDUSA FANZINE présente LE BISSOPHILE 7 !!!

Médusa Fanzine présente
          Le Bissophile 7
                                                          Un fanzine d'Emerson Paul
                                                       avec
                                                                  Mathieu Serres
                                                                      Thomas Palacio
                                                                  Lope "Prépy" DaSilva
                                                                                      Cyco Matot
                                                                                         Elias Kokinas
                                                                                      Tony Champagne
                                                                                                Slim Ficelle
                                                                                         C.-P. Braquemard
                                                     et avec
                                                                                            Raymond Carmel
                                                                                                         et
                                                                                                 Didier Lefèvre
Au sommaire
15 réalisateurs de la série B américaine des années 60 à 80
de Lawrence D. Foldes à Tony Zarindast
en passant par William Grefé, David A. Prior et Bill Rebane
(69 films chroniqués)
Ajita Wilson
Lindsay Shonteff
Marjoe Gortner 
Superhéros italiens
Sous-Indy italiens
Richard Balducci
Bidasseries françaises
Des Bruce et des bosses
Téléfilms américains des années 70
Harry Reems
Catherine Ringer
Porno homo en VHS
La collection vidéo Socaï-Films
Movie's (suite et fin)
Eric Jeffrey Haims
et
Dans la poussière des vidéoclubs (+ 50 K7) : Claude Patin, Worth Keeter, Alain Brunet, Carlos Tobalina, les Doberman, Lando Buzzanca...
Rubriques diverses
280 films chroniqués au total
Sortie ÉTÉ 2015

samedi 7 juin 2014

GORE DISSECTION D'UNE COLLECTION

Difficile de ne pas se montrer dithyrambique à l'égard de Gore dissection d'une collection, le livre de David Didelot , je n'irai donc pas par quatre chemins, ce livre est un chef d’œuvre ! Dario Argento a son Profondo Rosso, Hitchcock son Psycho, David Didelot son Gore dissection d'une collection.
Richement illustré, complet, très bien écrit, le livre passe au crible tous les titres parus dans la collection, s'entretient avec les auteurs majeurs et étend ses ramifications au-delà de la collection en elle-même (le gore avant, les adaptations ciné, les enfants de Gore). David sort du cadre pour mieux faire ressortir la substantifique moelle de ces ouvrages qui furent nos compagnons d'adolescence comme les vidéo-clubs, le cinéma d'horreur ou la musique... Daniel Riche où qu'il soit peut être fier, heureux même, sa collection a créé des vocations, affuté des plumes trempées d'encre rouge sang et a sans doute poussé David à s'exprimer dans ses fanzines et maintenant dans ce livre. J'ajoute que les collaborateurs ont su se mettre au diapason du géniteur de cette œuvre, dans un esprit "fanzine" où la collectivité vise la complémentarité plutôt que la "supplémentarité". Je ne suis pas peu fier de voir mon nom associé à cette entreprise même si ma participation fut plus que symbolique et ma contribution infinitésimale. Bravo encore David, mille bravos vraiment, tu as réussi ton pari ! Bravo également à Artus de t'avoir soutenu et finalement merci, merci de nous faire partager avec tant de brio tes passions... Ce livre est d'ores et déjà au panthéon des ouvrages en français sur la culture "Bis". (D.L)


mercredi 4 juin 2014

PROJECTION VENDREDI 6 JUIN de SUPER 8 MADNESS AU MAX LINDER


L’incroyable aventure du Super 8 fantastique en France, dans les années 80, quand n’existaient pas encore les caméras HD, le 4K, les I-Phones, et que le seul moyen pour de jeunes réalisateurs de tourner des films était par ce seul biais. De nombreux cinéastes en herbe ont ainsi fait leurs premières armes en Super 8. Et parmi eux, les afficionados de ce que l’on ne nommait pas encore le « cinéma de genre ». C’est-à-dire les amoureux de fantastique, de merveilleux, d’onirisme, de science-fiction, de thriller, de films policiers, mais aussi les aventuriers d’un cinéma plus extrême : le cinéma d’horreur et ses débordements « gore », tantôt potaches ou effrayants.

Allez, venez tous voir le docu-fiction "SUPER 8 MADNESS !" au cinéma MAX LINDER le VENDREDI 6 JUIN A 20H30 !!! Pour tout savoir sur le cultissime FESTIVAL DU SUPER 8 FANTASTIQUE DE PARIS organisé par le magazine MAD MOVIES dans les années 80, et découvrir les courts métrages déjantés, horrifiques, fun (et parfois même touchants) des cinéastes en herbe de l'époque ! Une expérience véritablement psychotronique ! Pour réserver vos places, c'est ici

lundi 2 juin 2014

NIFFF 2014 ! Premières infos sur l'édition de cette année

Au programme du festival: Georges R. R. Martin, auteur du Trône de Fer, sera l'invité d'honneur de la quatorzième édition du Neuchâtel International Fantastic Film Festival. Il donnera une conférence le 7 juillet ainsi qu'une masterclass le 10 juillet dans le cadre du Forum New Worlds Of Fantasy. Sa carte blanche cinématographique proposera les films qui ont inspiré son imaginaire. Un autre invité hors du commun: Kevin Smith, réalisateur américain, disposera également d'une carte blanche et une partie de sa filmographie sera projetée lors du NIFFF. Le Festival offrira également une rétrospective sur le cinéma japonais et les six premiers titres de la sélection officielle hors compétition: Stage Fright (Canada, 2014) de Jerome Sable, The Sacrament (USA, 2013) de Ti West, Raid 2 : Berandal (USA, Indonésie, 2014) de Gareth Evans, Discopathe de Renaud Gauthier (Canada, 2013), iNumber Number (Afrique du Sud, 2013) de Donovan Marsh, et Young Detective Dee : The Rise of Sea Dragon (Hong-Kong, Chine, 2013).



Scott Squires, qui fut superviseur d’effets visuels chez ILM – fondé par George Lucas – pendant plus de 20 ans, donnera une masterclass le mercredi 9 juillet 2014 à 17h30 pendant laquelle il reviendra sa carrière professionnelle (notamment sur les célèbres films Rencontre du troisième type (USA, 1977) et Blade Runner (USA, 1982).


Le film interactif du réalisateur suisse Anastase Liaros est à découvrir sur internet et dans une installation immersive du 4 au 12 juillet au Théâtre du Passage. The15experience.com


Alexandre Poncet, journaliste et réalisateur français, offrira une introduction la création de créatures cinématographiques telles que Godzilla ou King-Kong le mercredi 9 juillet à 10h15. Après lui, Miklos Kozary, Elefant Studio (CH), parlera de la création digitale d’animaux. Cerise sur le gâteau, Sven Martin, de Pixomondo (DE), viendra présenter la conception des fameux dragons de Game of Thrones.


Alexis Wasjbrot, superviseur CG FX chez Framestore (UK), et Matt Kasmir, superviseur des effets visuels chez Nvizible (UK) parleront de leur travail sur Edge of Tomorrow (USA, 2014) le 9 juillet à 15h.


EPIC GAME JAM ! La première game jam de Neuchâtel est organisée du 4 au 6 juillet 2014 par le NIFFF dans le cadre de l’ITF. Les meilleures projets de jeux vidéos réalisés en 45 heures maximum seront présentés le 8 juillet à 11h30 lors du symposium. http://www.epicgamejam.com

mardi 27 mai 2014

lundi 12 mai 2014

RADIO MEDUSA EPISODE 14, The Black Zombie Procession Show !

Au sonmmaire de cette quatorzième émission de Médusa, un long entretien avec Nasty Sam qui nous cause de ses multiples activités et actualités : le livre Explosions Textiles, le split zine Everyday is like sunday / Délivrance et le nouvel album de The Black Zombie Procession !
 Rayon fanzines, peu de nouveaux titres hormis le split-zine justement : un e-zine (Maelstrom) et un fanzine britannique (Space Monsters) complètent le panorama.
Pour vous nettoyer les tympans, The Black Zombie Procession, Hateful Monday, ACDC, Eagles of Death Metal, Jace Everett, Paddy & the rats et l'habituelle nuit de satin blanc....
Bonne écoute !

Lien ce soir : ici !

lundi 5 mai 2014

DELIVRANCE / EVERYDAY IS LIKE SUNDAY, le split-zine !

Deux fanzines pour le prix d'un, deux fanzines en un, deux fanzines sinon rien ! Les slogans ne manquent pas pour la sortie simultanée et siamoise de Délivrance n°4 et de Everyday is like sunday n°6, bel exemple de solidarité fanzinale, d'esprit libre. Si le split zine existe depuis longtemps dans le fanzinat musical, c'est de mémoire la première fois qu'il est éprouvé dans le petit monde du fanzinat ciné (Bis de surcroit !).
David Carville (pour Délivrance) et Nasty Sam (pour EDILS) se partagent alors le volume en deux pour deux fois plus de plaisirs bissophiles.
Au sommaire du Délivrance : toujours beaucoup de chroniques de films (La marque du diable y croise Spiders 3D, pas mal de "shark" movies aussi), l'évocation que quelques livres de la collection Gore (avant le bouquin très attendu de qui vous savez !), un entretien avec Stéphane "Toutes les couleurs du Bis" Erbisti (fanéditeur émérite qui ne se prend pas la tête et qui a bien raison ! continue Stéphane), un autre entretien avec Melvin, un graphiste qui prépare un bouquin sur Mad Max qui sera à n'en point douter épatant (cet homme avait aussi signé le T-shirt Médusa ! quelqu'un de bien en somme !) et un dernier entretien avec Mathieu Berton (réalisateur du chouette Le réserviste). Le numéro se termine par l'évocation de quelques bouquins et une rubrique sur les fanzines (tout ce que j'aime !)
Côté Everyday is like sunday , Nasty Sam fait la part belle à sa rubrique Drive in Massacre (chroniques de VHS et de DVD, très 80's and 90's). Suit un entretien avec Fred Arsac, guitariste dans The Bushmen et qui a bossé dans un vidéo-club ! (c'est surtout cette expérience qui nous intéresse !). Après les DVD et les VHS, Nasty Sam nous fait partager le plaisir éprouvé ou pas de lectures triées sur le volet (Comics, Zines, etc.).  Un entretien avec l'éditeur fou Uncut Movies (que j'avais interviewé dans le Médusa 17 mais ça commence à dater ! A l'époque point de DVD !) conclut de belle manière ce nouvel opus enjolivé par le style très personnel de Nasty Sam, reconnaissable entre tous.

Ce split-zine ne coûte que 6 euros. Il est bien-sûr disponible auprès des auteurs respectifs ( www.likesunday.com / http://delivrancezine.blogspot.fr)et sur la petite boutique de Médusa.


samedi 26 avril 2014

MAELSTROM n°1 spécial Edgar Wallace (Fanzine PDF)

En cherchant quelques renseignements sur le net pour un futur article consacré aux krimis allemands, je suis tombé, par hasard, sur ce premier numéro de Maelstrom, fanzine numérique, datant d'avril 2013. après l'avoir téléchargé, force est de constater qu'il est bougrement intéressant et bien documenté.
J'ai contacté son auteur qui m'a autorisé à en parler ici et à vous communiquer le lien !


Téléchargez le ici 


lundi 14 avril 2014

RADIO MEDUSA EPISODE 13 IN GORE WE TRUST

Treizième émission de Radio Médusa consacrée à l’évènement majeur de cette année 2014, la parution de GORE - Dissection d’une collection, un livre entièrement consacré à l’illustre collection littéraire des années 80 que les ados, fanas de films d’horreur, dévoraient la nuit venue à la lueur d’une lampe de poche ou de chevet. A cette occasion, j’interviewe son auteur, le vidéotopsieur David DIDELOT !
Comme nous avons été bavards, j’ai dû sucré une partie de mon laïus habituel mais je cause tout de même des sorties de Scream, Grausam Rouge, Cinémagfantastique et de Cafzic.
Côté musical, ça ramone plus qu’un peu avec un extrait du prochain Flying Donuts mais aussi des morceaux des Marteaux Pikette, d’Opium du Peuple, de Louis Lingg and the Bombs et de Cock Sparrer !
Pour l’enrobage, certains reconnaitront des bandes originales illustres et quelques bandes-annonces de la glorieuse époque !
En gore du Gore !


Le lien :  suivez le guide !

mardi 8 avril 2014

REEDITION DU MEDUSA FANZINE n°22

La vague des rééditions continuent ! Après les numéros 18, 20, 23 et 24, c'est au tour du Médusa Fanzine n°22 d'être réédité à un tirage limité. Initialement paru en 2004, tiré à 266 exemplaires, ce numéro n'a jamais été réédité depuis. Vous trouverez ci-dessous le sommaire.

Réservez dès aujourd'hui votre numéro en passant par la petite boutique de Médusa
ou en adressant un chèque de 12 euros à l'ordre de Didier LEFEVRE, 4 rue de la Rotonde, 62217 ACHICOURT, France
Livraison début mai.


samedi 5 avril 2014

MUSEE DU FANZINAT FRANCAIS

CINE ZINE ZONE n°107 spéciale Edgar Wallace (orthographié EdgarD Wallace sur la couverture !!) (coll D.L)

lundi 31 mars 2014

MEDUSA FANZINE FETE SES 25 ANS AU MAJESTIC le vendredi 4 avril !




 
 
Ce vendredi 4 Avril, BON CHIC MAUVAIS GENRE , votre belle soirée de cinéma rare, bizarre et de toute beauté, revient, en partenariat avec le site Matière Focale.com et le magazine cinok'n'roll Métaluna. Mais pour une fois, ce ne sont pas les projectionnistes du Majestic qui ont programmé les deux films qui vont nous replonger dans l'univers exquis du thriller déjanté et italien.

Nous accueillons en effet ce mois-ci, le fanzine Médusa, à qui nous avons laissé carte blanche afin de fêter son 25éme anniversaire. Entièrement dédié au cinéma de genre sous toutes des formes, Médusa est une référence incontournable dans le domaine, et sa réputation s'étend à toute la France et même au delà de nos frontières. 25 ans de passion et de travail acharné au service du genre, ça se fête donc dignement. Et pour ce BCMG très spécial, Didier Lefévre, le fondateur de Médusa (qui sera présent) a choisi deux films absolument sensationnels.

Le premier FEMINA RIDENS (connu aussi sous le titre LE DUO DE LA MORT) est une perle rare et atypique, très rare en salle, et qui flirte avec le giallo de manière complètement atypique dans une atmosphère extraordinaire baignée d'un psychédélisme pop bougrement érotique.

Ensuite, ce sera l'occasion de voir en salle le trop rare BLOODY BIRD de Michele Soavi (dont nous vous avions déjà présenté le merveilleux DELLAMORTE DELLAMORE), impressionnant thriller à l'inventivité débridée... Voilà qui promet un anniversaire sublime, sanglant et rare pour le fanzine Médusa !
 
Dr Devo.

19H30: FEMINA RIDENS (LE DUO DE LA MORT) de Piero Schivazappa, Italie - 1969, VF - 35mm. Durée: 1h48.
Avec: Phlippe Leroy, Dagmar Lassander, Lorenza Guerrieri, Varo Soleri, Maria Cumani Quasimodo.

Maria, une jeune journaliste, doit rendre un article sur la stérilisation masculine (!) en Inde et en Orient. C'est pourquoi elle doit rencontrer l'étrange docteur Sayer qui posséde des ouvrages très rares sur la question. Mais qui est le  docteur Sayer ? Un homme pervers aux pulsions mysogines et torturées ? Un tueur sadique ? Un artiste malsain ? Ou un homme terrifié par les femmes ?
La rencontre, en tout cas, vire vite au cauchemard. Séquestrée, Maria doit subir les jeux sado-masochistes de Sayer ! Et très vite, la situation dégénére au point qu'il est très dur qui, dans ces jeux extrêmes et pervers, est l'esclave et qui est le maître...

 
Prononcez le nom de Piero Schivazappa dans une assemblée de cinéphiles et vous aurez en retour des regards circonspects, des moues dubitatives et des toussotements polis marquant la gêne. C’est sûr, le gaillard, qui a œuvré principalement pour la petite lucarne (quoique certains téléviseurs actuels ont des tailles monstrueuses), a un patronyme moins illustre que les Lucio Fulci, Dario Argento et autres Umberto Lenzi… Pourtant, lors de l’année érotique (1969 pour les gainsbourophobes), il réalisa Femina Ridens (littéralement la femme qui rit, et j’en sais qui ajoutent "est déjà à moitié dans son lit"), sorti sous un titre passe-partout en VHS en France (Le duo de la mort), mais inédit dans les salles obscures de l’hexagone. Nous vous proposons lors de cette soirée de découvrir cette perle (le mot n’est pas galvaudé !) psychédélique (ah ces décors !), pop, érotique (ah ces tenues légères comme des pétales au vent!) ,lysérique , sado-masochiste flirtant avec le giallo et qui donne à Philippe Leroy l’un de ses meilleurs rôles au cinéma, celui du docteur Sayer, maître es-jeux pervers, complexé par la gent féminine, dont la dernière proie (Dagmar Lassander) se révélera moins soumise qu’elle n’y parait…
 
Didier Lefèvre. 

 21H30: BLOODY BIRD (DELIRIA) de Michele Soavi, Italie – 1987, VF – 35mm. Durée: 1h30. Interdit aux moins de 16 ans.

Avec : David Brandon, Barbara Cupisti, Robert Gligorow, Martin Philips, Ulrike Schwerk, Mary Sellers, Giovanni Lombardo Radice, Joanne Smith…

Un metteur en scène tyrannique s’enferme dans un théâtre avec sa troupe pour une nuit de répétition intensive. La pièce qu’ils répètent évoque les agissements d’un tueur en série, et c’est avec un certain sens de l’à-propos qu’un véritable tueur va s’immiscer dans le théâtre clos et offrir au spectacle une publicité morbide…

Lorsqu’il se voit offrir l’opportunité par Joe D’Amato de passer à la réalisation, Michele Soavi n’en est pour autant pas un complet débutant. Le jeune homme a en effet déjà eu l’occasion de se faire les dents aux côtés de Dario Argento qu’il a assisté sur les tournages de TENEBRAE et PHENOMENA, un partenariat qui aura fortement marqué le style de Soavi. BLOODY BIRD est un petit carrefour d’influences, outre celle très « suspirienne » d’Argento pour ce qui est des couleurs et des cadrages, celle du slasher américain se fait profondément ressentir. Et s'il est plus proche du slasher que du giallo, BLOODY BIRD n’en est pas pour autant un avatar banal d’un genre que ses codes limitent à un schéma souvent trop prévisible. Qu’il s’agisse de créer une insoutenable tension ou de susciter une béate admiration, l’aisance dans la mise en scène ne fait jamais défaut à Soavi et c’est en digne héritier de la grande classe de l’italian horror (Mario Bava qui approchait déjà le slasher avec LA BAIE SANGLANTE n’aurait certainement pas craché sur BLOODY BIRD) que se présente ce premier film baroque en diable ! Il serait injuste de ne pas citer la musique composée par l’excellent Simon Boswell qui participe activement à l’ambiance débridée ou le traitement du scénario par Luigi Montefiori, qui avant de se mettre à l’écriture s’est fait connaître sous les traits du cannibal repoussant d’ANTHROPOPHAGOUS du sieur Joe D’Amato.

Premier film étonnant à la liberté créative et à l'inventivité époustouflante, BLOODY BIRD est très une oeuvre très aboutie qu'il lui vaudra un statut culte.

Revoir BLOODY BIRD sur grand écran permet donc de retrouver toute la fougue d’un jeune réalisateur et les idées folles et magnifiques d’un cinéma de genre italien qui entamait alors son chant du cygne.



Pete Pendulum.
 
 
Dress-code de la soirée (1 DVD à gagner pour le meilleur déguisement !) : journaliste, docteur, prostitué(e), artiste maudit, dominateur(-trice), soumis(e), secrétaire, tortionnaire, metteur en scène, danseur, oiseau, tueur masqué, acteur(-trice) ou spectateur du Majestic.



Réservations fortement conseillées : possibles dés à présent à la caisse du Cinéma Le Majestic. Soirée proposée par  le site Matière Focale.com et le magazine Metaluna. Tarifs: 9 euros les deux films / 1 film aux tarifs habituels.

Nota Bene : ces deux films sont totalement totalement invisibles sur les écrans de cinéma  en France et n'ont plus de distributeur. Ils n'ont donc n'a pas de visa CNC. Les cartes UGC Illimitées, exceptionnellement, ne fonctionneront pas pour ce film. Les utilisateurs de la carte se verront présenter le tarif modeste de 4,50 € (même si vous ne voyez qu'un seul film).
 
 
Prochaine Séance de BON CHIC MAUVAIS GENRE: le vendredi 9 mai.
 
 

Vous pouvez inviter vos amis à cette soirée, via la page Facebook dédié à cet événement: cliquez ici !


 

mercredi 26 mars 2014

GORE - DISSECTION d'une COLLECTION : le LIVRE sur la COLLECTION CULTE DES ANNEES 80

ARTUS se lance dans l'édition de livres !
Et pour le premier, David Didelot (Vidéotopsie) nous propose  
GORE - Dissection d'une Collection. Pour tout savoir sur la mythique Collection Gore du Fleuve Noir des années 80 !
Images intégrées 2
Le livre est en souscription sur Ulule
http://fr.ulule.com/gore/
Profitez des offres avec le DVD Ogroff et les livres de Trash Editions.
Attention, la souscription ne dure qu'un mois !
Au milieu des années 80, les Editions FLEUVE NOIR lançaient la désormais célèbre Collection GORE, prolongement sanglant et "mal élevé" de la fameuse Collection ANGOISSE. Pendant cinq ans, d'avril 1985 à juillet 1990 - et au rythme de deux volumes par mois - des dizaines de petits romans vinrent alors se ranger sans pudeur sur les étals de nos supermarchés, dans les rayonnages de nos librairies ou sur les comptoirs de nos kiosques à journaux. Un logo génialement dessiné, des couvertures pleines de sang, de tripes et de femmes légèrement vêtues, pour 118 petits romans "de gare" pleins de chair mise à vif, de litres d'hémoglobine déversés et d'inimaginables souffrances... 118 petits récits (sans compter un volume hors série grand format et un petit livre d'analyse réflexive sur la collection), signés par de grands et plus modestes auteurs de la littérature populaire française ou anglo-saxonne ; 118 petites histoires totalement barrées, brisant joyeusement tous les tabous et toutes les bienséances ; 118 titres qui sont aujourd'hui l'objet d'un véritable culte auprès de ceux qui, dans les années 80, étaient encore adolescents et hantaient les vidéoclubs fleurissant un peu partout, à la recherche du dernier film gore disponible... Car la Collection GORE fait aujourd'hui figure d'équivalent littéraire aux séries B d'horreur qui encombraient alors les magnétoscopes... Témoignage incontournable d'une décennie aujourd'hui bénie, projet encore controversé de nos jours, la Collection GORE reste une expérience éditoriale unique en son genre. Une expérience qui méritait donc bien que l'on s' y arrête enfin.
Livre de plus de 300 pages, couleurs et noir et blanc.
Nombreuses illustrations et entretiens avec les auteurs.
SOMMAIRE
Préface cinématographique de Nécrorian
Army of the Dead
Présentation des "Gore maniacs" ayant contribué à ce livre : l'armée des morts bien vivants !
Introduction
Après-guerre, avant Gore
Les ancêtres populaires du putassier et du crapoteux en littérature. Non, la Collection Gore n’est pas née ex nihilo…
Il était une fois… la Collection Gore
  L’histoire mouvementée, chaotique et édifiante d’une collection culte… Plongée au mitan des années 80, avec le témoignage de Juliette Raabe.
Daniel Riche : entretien et carrière
La parole au défunt fondateur de la Collection Gore…Interview presque inédite du bonhomme (parue dans le fanzine Vidéotopsie, n°13, juillet 2013). En quelques dates et des dizaines de titres, le CV richissime de Daniel Riche.
La Collection Gore et la presse : Grand Prix du Roman Gore et revue de presse
La Collection Gore à son firmament ! C’était l’époque d’Avoriaz… Petit florilège de coupures de presse : l’accueil médiatique de la Collection Gore au milieu des années 80.
Auteurs et volumes de la Collection Gore
D’ « Altman » à « Wolfitt», tous les auteurs disséqués, tous les romans autopsiés… Entretiens avec Jean-Pierre Andrevon, Axelman, Jacques Barbéri, Gilles Bergal, François Darnaudet, Joël Houssin, Patrice Lamare, N.-G. Mount, Richard D. Nolane, François Sarkel, Brain Splash, Christian Vilà et... Nécrorian !
Dans l’Enfer des pseudos…
Récapitulons : qui, en réalité, est qui ? De l’art de la dissimulation…
Dugévoy (et les autres) : ça crève les yeux ! -
... Ou comment un artiste d'origine roumaine redéfinit les règles du meilleur mauvais goût dans ses couvertures. Mythique !
La Collection Gore sur pellicule
La Collection Gore et le cinéma d’horreur : entre romans originaux et novélisations…
A Gore perdus... ou retrouvés !
Histoire de ces manuscrits destinés à la Collection Gore, définitivement (?) perdus, ou qui trouvèrent ailleurs éditeurs à leur pied.
… Et pour digérer : la Collection Maniac
Retour sur l’enfant légitime de la Collection Gore : Maniac…
Les enfants de Gore
Et depuis ? Qui a repris le flambeau… et un peu de tripes crues ?
Index chronologique -
Histoire de se repérer dans le temps…
Collector... Gore !
Galerie photos de petites choses estampillées Collection Gore : notre musée personnel de Curiosa... Uniquement pour les fans purs et durs !

A quoi va servir le financement ?
Habitué à éditer des DVD, ARTUS FILMS se lance dans l'édition de livres. C'est une première et, bien entendu, nous restons dans la culture que nous aimons. Nous connaissons David Didelot depuis des années, grâce à son travail remarquable et passionné pour son fanzine Vidéotopsie. Depuis 10 ans, David collectionne tout ce qui se rapporte à cette mythique collection du Fleuve Noir, GORE. Il fallait bien tôt ou tard partager le fruit de son travail et de sa passion. Avec le temps, cette collection de littérature populaire des années 80 est devenue mythique. Mais nous sommes conscients qu'un tel projet va intéresser une poignée de passionnés, le thème étant on ne peut plus pointu. C'est pour cette raison que nous faisons appel à vous. Vos souscriptions serviront à financer la maquette du livre, ainsi que l'impression.
Pour en savoir plus sur les éditions Artus Films : www.artusfilms.com
L'éditeur
ARTUS FILMS édite des DVD depuis 2005. Avec un goût prononcé pour le Cinéma Bis, le Fantastique, et le cinéma de genre en général, l'éditeur aime exhumer des films rares, inédits, méconnus ou oubliés de notre patrimoine, dans des éditions remplies de suppléments.
L'auteur
Editeur du fanzine Vidéotopsie (consacré au cinéma bis et d'horreur), David DIDELOT se propose aujourd'hui de revenir sur cette aventure éditoriale hors du commun, dans son livre GORE - Dissection d'une Collection. Avec quelques amateurs et spécialistes du genre, il évoque la genèse de cette collection, dissèque tous les volumes la constituant et s'arrête sur tous les auteurs ayant contribué à la série (plus d'une soixantaine !). Collectant les entretiens qu'il a pu recueillir avec les principaux acteurs de GORE (écrivains, directeurs de la collection...), s'intéressant aux artistes qui ont dessiné les plus incroyables couvertures de toute la littérature populaire nationale, se penchant sur les continuateurs de la collection, et évoquant les relations ténues qu'entretient la série avec le cinéma d'horreur, l'auteur signe ici la Bible de la Collection GORE, l'indispensable viatique de l'amateur, le guide complet du territoire GORE. Bref, LE livre définitif sur une collection désormais culte.

vendredi 21 mars 2014

MUSEE DU FANZINAT MUSICAL

CAFZIC, N°64, Mont de Marsan (coll D.L)

- Les interviews de THE TAIKONAUTS, NO GUTS NO GLORY, THIERRY SALTET au sujet de son bouquin sur les festivals de Mont de Marsan de 1976 et 1977, KKRIST MIRROR qui viendra lui aussi nous parler de celui de 1977 dans lequel il était présent et enfin un Abcdaire en duo avec THIERRY TUBORG et ALAIN FEYDRI.
- le thème des illustrations sera « LA PEUR » avec CHESTER, THIERRY GUITARD, CLARK WOLF, JOKOKO, GILLES KERLOC'H, LASSERPE, BOODMIT, BB COYOTTE, PIXEL VENGEUR, JAY, LA MOUSSE, AXEL, 6RIL KICYCOL, E.T., ADRIEN NIGOUL, KKRIST MIRROR, PIERRE OUIN.
et environ 80 chroniques.

L'adresse : FANZINE CAFZIC, 4 cale de la marine, 40000 Mont de Marsan

dimanche 16 mars 2014

MUSEE DU FANZINAT FRANCAIS LES ADORATEURS DE SETH

Les adorateurs de Seth, Book 2 (décembre 1988)
Les adorateurs de Seth, Book 3 (mars 1989)
Les adorateurs de Seth Book 4, volume 1 et 2 (juin 1989)
Les adorateurs de Seth Book 5 volume 2 (mai 1991)
Les adorateurs de Seth Book 6 volume 1 et 2 (août 1991)

Fanzine d'Yvan Auger, Fantastique, Horreur, Fantasy, S.F






(coll D.L, un grand merci à Franck pour ces dons !)


MUSEE DU FANZINAT SUISSE

SAVAGE WORLD OF FANTASY (Stéphane GERMANN, coll D.L)
Fanzine dédié à Edgar Rice BURROUGHS et par extension à Tarzan.


lundi 10 mars 2014

MARS ATTACKS !

 La vache ! Je n'ai pas vu le temps passer depuis la sortie du Médusa Fanzine n°25. Un break professionnel d'une semaine m'a permis de réaliser à quel point une fois de plus ce numéro avait marché du tonnerre (de Brest). Il ne me reste en stock que deux exemplaires couleur et une dizaine d'exemplaires noir et blanc. Vous connaissez le chemin mais pour les commander, c'est par ici : la petite boutique de Médusa . Au passage, je précise que cette petite boutique distribue aussi les copains du fanzinat : Vidéotopsie, Cannibale Fanzine, Freakzone, Relik(s), Chéri-Bibi... Allez faire un tour régulièrement car les quantités sont minces !

 Le 28 février, j'ai assisté à l'avant-première de L'étrange couleur des larmes de ton corps à Lille au cinéma Le Majestic dans le cadre des désormais fameuses soirées Bon Chic Mauvais Genre. L'occasion de revoir Hélène et Bruno pour lesquels j'ai beaucoup d'amitié, et de découvrir leur nouveau long métrage : un voyage sensoriel majestueux, déroutant, labyrinthique, elliptique qu'il faut à tout prix découvrir en salles ! J'en reparlerai plus longuement dans la prochaine de  Radio Médusa.

 Une soirée Bon Chic Mauvais Genre / Médusa Fanzine devrait se tenir également en avril prochain. Là encore, j'en recauserai.

 Début mars, David Didelot, livrait son opinion sur le dernier Médusa via le facebook de son fanzine Vidéotopsie. Je rapporte ici ses propos qui me m'honorent et m'obligent, et me font rosir d'aise comme une jouvencelle dont on flatterait les courbes avantageuses.

"MEDUSA FANZINE" opus 25 : LE PARFUM DU CULTE...
Oui, plus rien ne sera vraiment comme avant dans le fanzinat hexagonal, car après l’opus 25 de "Médusa", le fandom cinoche prend une autre dimension : c’est même la quatrième dimension pour tout dire, tant le chanceux lecteur hallucinera face à ce numéro anniversaire du meilleur fanzine français (25 ans de bons et loyaux services !).
"Médusa" 25, c’est d’abord un contenant, un objet, un look élégant sans qu’il ne soit besoin d’en faire trop, la « fanzine’s touch » totalement assumée, 164 pages maquettées de main de maître – sans fioritures blingbling ou cache-misère -, superbement illustrées (avec option couleur pour cette livraison anniversaire, mais il va falloir se dépêcher maintenant !), et une couverture en forme de copieux menu, apéritif à un contenu déjà hors-classe, catégorie hors-concours.
Qu’on en juge : en amuse-gueules, la commémoration des 25 ans de "Médusa Fanzine", via quelques messages d’amitiés et d’admiration on ne peut plus mérités ; puis un camion d’entretiens, que l’ami Didier Lefevre et ses affidés sont allés dégotés aux quatre coins de la plus belle des galaxies bis et fantastiques (Luigo Cozzi, Eugenio Martin, John Landis, Jean Rollin, et j’en passe…). Mais le "Médusa" de Didier, c’est aussi un sommaire devenu culte au fil des numéros, avec les coutumières rubriques Bismania, Bourre-pif et Taloches, Belles foufounes et jus de roupettes, Nostalgia, Almeria… Bref, toutes les tendances, tous les sous-genres, tous les courants d’un cinéma Bis dont Didier est sûrement celui qui, en France, sait le mieux en souligner la richesse et la diversité. Et puis la marque des Grands : des rubriques pérennes, qui ont su fidéliser un nombre croissant de lecteurs. L’identité du zine en quelque sorte, et bon sang, que l’on tient à celle de notre "Médusa" !
Ajouter à cela, quelques dossiers dont Didier a le secret, et qu’il est à peu près le seul à proposer : du bis grec, du bis allemand, un dossier sous- "Jeu de la Mort", l’attention portée à ce qui se tourne dans l’hexagone… A chaque fois, une plume claire, directe, savante, celle de Didier bien sûr, ou celles de ses talentueux comparses : Lionel Grenier, auteur d’un splendide et définitif papier sur "Le Maître des Illusions" de Clive Barker, Alan Deprez, Yohann Chanoir, Frederick Durand, Claude Gaillard (et son style inimitable), Stéphane Erbisti, Professeur Thibaut, Fred Pizzoferrato… Pardon à ceux que j’oublie, mais il y a du talent au cm2 dans ce "Médusa" 25, numéro déjà historique vous l’aurez compris.
Un sommaire de rêve donc, dense et délicieux, un éclectisme absolu, une passion contagieuse à chaque nouvelle chronique, et puis des films qu’on ne finit pas de découvrir, avec cette impression proprement jouissive qu’on a jamais aussi bien parlé de cinéma Bis que dans ce "Médusa". Ou plutôt si, car dans les "Médusa" précédents, c’était à peu près la même chanson… Mais le parfum du Culte souffle indubitablement sur cet opus-là (la couleur, l’anniversaire, la palanquée d’interviews…), et inutile de dire que celui qui n’a pas son "Médusa" 25 manque tout simplement le meilleur de la presse ciné… La vraie."


  Rayon review je suis gâté comme un communiant avec cette chronique du "Gros" dans le dernier numéro (29) de Rise Tattoo Magazine dont je reproduis ici le texte. 


Les Sheriff remontent en selle !!
 


De  1984 à 1999,  LES SHERIFF  ont mené tambour  battant  une carrière  riche  de quelques centaines de concerts en Europe et au Canada, sorti 9 albums dont 2 lives, et marqué à jamais toute une génération d’aficionados à coups de 1,2… 1,2,3,4 !

Ils ont rempli tous les clubs et les Zénith de France, ouvert pour les RAMONES, été les fers  de lance  du mouvement Rock Alternatif aux  côtés  de  groupes tels  que La MANO NEGRA, BERURIER NOIR, Les WAMPAS, PARABELLUM et OTH.

15 ans après avoir rendu les armes avec le sentiment du devoir accompli, les 9 musiciens passés par le groupe sont remontés sur scène pour un concert mythique à Montpellier le 2 juin 2012 devant 7000 personnes.

BANG ! présente sur un triple album vinyle ainsi qu'un DVD accompagné de 2 CD les 36 titres de cette soirée exceptionnelle.
 
 
Images intégrées 1
 
Les Sheriff
"Bang!"
Sortie 21 Avril 2014
(Kicking Records)
Distribution : PIAS (France)

lundi 17 février 2014

MEDUSA FANZINE n° 25, les premières chroniques !


Dans Ecranbis : ici

Dans Darkstar films : ici

Chez Roubi's : ici 

Sur CinemaFantastique.net : ici 

Sur le blogue de Frédérick Durand : ici 







mercredi 12 février 2014

MUSEE DU FANZINAT FRANCAIS


LE CRI DU LYCANTHROPE, n°1, avril 1983, Thierry Wust (coll D.D)
 

vendredi 7 février 2014

RADIO MEDUSA EPISODE 12 & MEDUSA 25


Pour cette douzième émission de Radio Médusa, un entretien avec Nicolas Stanzick à l'occasion de la parution du premier volume de l'Intégrale Midi-Minuit Fantastique et les rubriques habituelles.
 Je reviendrai également sur le festival Même pas peur  les parutions récentes de fanzines et sur le livre Explosions textiles mon premier T-shirt de groupe. 
Comme d'hab, une programmation musicale qui fera frétiller vos organes internes.

Le lien ici






Depuis ce jeudi 6 février, MÉDUSA FANZINE n°25 est en stock ! Comme vous le savez, deux versions disponibles : couleurs et noir et blanc. Pour les commandes paypal : passez par la petite boutique de Médusa (en plus il y a des copains également). Par chèque, à mon adresse.
Comme les précommandes ont fonctionné du tonnerre de Zeus, ne traînez pas trop surtout pour la version couleur qui ne sera pas retirée.
Pour tous ceux qui ont eu la bonne idée de pré-commander, les envois se font aujourd'hui (7 février)
 

dimanche 2 février 2014

MUSEE DU FANZINAT FRANCAIS

CINE ZINE ZONE, n°33 (Pierre Charles, quatrième trimestre 1988, coll D.L)



samedi 1 février 2014

FANZINE FUNDAY ! LE 8 février au Métaluna Store !

Rendez-vous pour la sortie officielle du Médusa 25 à la boutique Métaluna Store le samedi 8 février !
Si vous m'avez déjà commandé le numéro et que vous souhaitez que je vous le remette en mains propres, envoyez moi un petit mail !
Il y aura aussi mes amis David DIDELOT (Vidéotopsie), Christophe TRIOLLET (Darkness), roberto TOBIAS (Diabolik Zine)...


jeudi 23 janvier 2014

La sortie du Médusa 25 approche !



 Février approche et la sortie du Médusa 25 aux environs du 7 aussi !
Pour les précommandes, voir ici ou envoyez un mail ici

vendredi 17 janvier 2014

EXPLOSIONS TEXTILES



Image of EXPLOSIONS TEXTILES : Mon premier T-shirt de groupe

EXPLOSIONS TEXTILES : Mon premier T-shirt de groupe


Le premier t-shirt de groupe acheté et porté! Expérience traumatisante?! On parle souvent du premier disque, du premier concert.... mais le premier T-shirt reste l'ultime baptême du feu!
45 textes, 45 auteurs (musiciens, illustrateurs, auteurs, journalistes, éditeurs, activistes, etc.) se penchent sur leurs premiers shirts de groupe, attention on remonte dans le temps et il y a du sacré dossier! Hard rock à gogo, punk à tire larigot, rock n roll à profusion, là on touille les années 80 et 90, bonnes sensations en perspective!
Poster de la couverture en format A2 offert pour toute commande du book, ouais.
Avec entre autres :
BILLY THE KILL
FRANCK FREJNIK
OLIVIER PORTNOY (DEAD POP CLUB)
FABIEN HEIN
THIERRY TUBORG
NASTY SAMY
MR. CU!
JEREMIE GRIMA
GUILLAUME CIRCUS
BERTRAND PINSAC
GWARDEATH
ARNAUD D'ARMAGNAC
THOMAS GUENAND
BUANAX
STEPH DELEVACQUE
DIDIER LEFEVRE
LAUR VEGLAM
MICKSON
ALAIN FEYDRI
VINZ GUILLUY
MATGAZ
TOF PRELYWISE
JEAN SE
TAD FOULHOUX
HUGAUZE
STEPHANE HERVE
CHRIS COPPOLA
DAVID DIDELOT


ça se commande : ici 
Dispo sur la petite boutique de Médusa

lundi 13 janvier 2014

RADIO MEDUSA EPISODE 11, Bonne année les fanzines !

Au sommaire de cette onzième émission de Radio Médusa, les nouveautés fanzines (Vidéotopsie, Darkness, Diabolik Zine, Toutes les couleurs du Bis, Terreurvision, Médusa 25), un entretien avec Christophe de The ecstasy of films à propos de la sortie de La marque du diable et l’annonce de la sortie chez Rouge Profond du premier volume consacré à Midi Minuit Fantastique.
Côté nettoyage des tympans : Michale Graves, The Misfits, The Monster Klub, Motorhead, Psychobilly Scarecrow et The Moody Blues !

ça s'écoute : ici

mardi 7 janvier 2014

PRECOMMANDE MEDUSA FANZINE n°25 !

L'attente a été longue, un an déjà que le numéro 24 de Médusa est paru mais rassurez-vous, voici enfin le numéro 25. Il paraitra pile-poil pour le vingt-cinquième anniversaire en février 2014 !


Qu'y a-t-il dans le Médusa Fanzine n°25 ?
voici le sommaire :

BON ANNIVERSAIRE MEDUSA !
LE BIS BAZAR
BOOKSHOP:
BLANC BONNET, BONNET BLANC : Maniac
ENTRETIEN avec John LANDIS
Dossier spécial Clive Barker’s Lord of Illusions
ENTRETIEN avec Luigi COZZI
BISMANIA 
Z’espions
A la guerre
Séries B comme Bis ! 
ENTRETIEN avec Eugenio MARTIN
FANTASTIQUE ESPAGNOL 
FRANCO
Nouveaux Talents en France, deuxième  partie : Entretiens avec Aurélien MENGIN, Yann MOINE, Anthony VAVASORI et Xavier OURNAC
ENTRETIEN avec Jean ROLLIN
HEXAGONE 
 Courts-Métrages
BOURRE-PIFS ET TALOCHES spéciale Sous-Jeu de la mort
ORIENT EXTREME 
PORTRAIT DE KOJI WAKAMATSU
KINO REPORT Christiane et Petra dans la station Zoo / Les teutons au soleil / L’échelle dans la sexy-comédie allemande / Ta sexualité : cette inconnue, le cinéma d’Oswalt KOLLE
BELLES FOUFOUNES ET JUS DE ROUPETTES
SIRTABIS, BIS GREC
NOSTALGIA
ROUGH AMERICA, LA FESSE CACHEE DU CINEMA AMERICAIN
ALMERIA
La ZINotEK

 Et combien y-a-t-il de pages ?

164 les amis !

Pour le commander dès aujourd'hui, envoyez votre chèque à Didier LEFEVRE, 4 rue de la rotonde, 62217 ACHICOURT
 (à l'ordre de Didier LEFEVRE)
ou par paypal via la petite boutique de Médusa (ou directement à cette adresse : ornelladidier@yahoo.fr)

Et combien coute-t-il ?

15 euros port-compris pour la version noire et blanche

 ici

20 euros port-compris pour la version couleur  

ici




Attention tirage limitée en couleurs !