dimanche 17 septembre 2017

CINEFUN n°30 disponible

Alain Kaehr signe un trentième numéro de CinéFun (déjà !!!?), un ezine toujours aussi fun parce que le cinéma reste avant tout un plaisir !
C'est téléchargeable ici (en espérant qu'aujourd'hui ça marche, ah ah !)
Bonne lecture !


dimanche 10 septembre 2017

LA KERMESSE DES AIGLES chez Elephant Films





De George Roy Hill, j’apprécie tout particulièrement Abattoir 5, chef d’œuvre encore méconnu aujourd’hui,  mais qui demeure un des meilleurs films des années 70. Réalisateur solide (Butch Cassidy et le Kid, L’Arnaque), il offre dans La Kermesse des aigles un rôle taillé sur mesure à l’un de ses acteurs fétiches, Robert Redford, tout en décontraction, au sourire ravageur,  alors à l’apex de sa carrière. Scénarisé par William Goldman (Magic, Marathon Man, Les hommes du président, excusez du peu), The Great Waldo Pepper (son titre original) s’intéresse à la destinée des pilotes de l’armée de l’air dans les années 20, contraints pour subsister de participer  à des spectacles aériens, d’organiser des baptêmes de l’air et de risquer leur peau de plus en plus fréquemment  dans des acrobaties. Waldo Pepper (Robert Redford) est l’un d’eux, il a fondé sa propre mythologie sur son combat avec le baron allemand Ernst Kessler (inspiré de l’as de l’aviation germanique, Ernst Udet) dont il serait sorti victorieux. Lorsqu’après quelques aventures, il se retrouve cascadeur pour le cinéma, il retrouve son Némésis pour un dernier combat.
Si la reconstitution des années 20 est réussie, l’histoire épique manque un peu de souffle pour que le film décolle complètement. Certes, les cascades aériennes sont nombreuses mais, justement, le réalisateur en abuse un peu trop et dilue l’efficacité du récit qui aurait gagné à être plus condensé.  Le dernier combat apparait, en outre, un peu dérisoire alors que le grand moment du film arrive avec la disparition tragique du personnage incarné par Susan Sarandon. Un accident qui, au lieu de déprimer le producteur des spectacles, le comble de joie puisque le sang attire le public. Pendant la scène, nous restons persuadés que le héros (Redford) parviendra à sauver la demoiselle, coincée sur l’aile d’un biplan en plein vol, tétanisée par le vertige.
Le casting est de tout premier ordre, outre Redford et Sarandon, nous retrouvons une jeune Margot Kidder, pas encore pensionnaire de la maison du diable, Bo Svenson qui deviendra une gueule du Bis cantonnée aux rôles de militaire, Bo Brundin ou encore Geoffrey Lewis.
Sans être leur meilleur film (à la fois de Roy Hill et de Redford), La kermesse des aigles demeure un film d’aventures spectaculaires comme Hollywood en produisait savamment dans les années 70. La déshérence de ses anciens héros renvoie déjà l’Amérique à une certaine forme de syndrome post-traumatique alors qu’à l’époque du tournage, les USA en terminaient avec le Vietnam. Je ne sais pas si William Goldman y a pensé en écrivant son scénario mais les thèmes sont proches : que faire des héros de guerre une fois rentrés au pays ? Des monstres de foire, des résidents de cirque, des cascadeurs au cinéma ? Quelle que soit la guerre, les conséquences se ressemblent invariablement. Naturellement, La kermesse des aigles n’emprunte pas cette voie là mais nous ne pouvons pas nous empêcher d’y songer.
La copie d’Elephant Films (sortie le 5 septembre) est fort belle et s’accompagne comme à chaque fois de la bande annonce et des versions française et originale. Avec son savoir-faire habituel, Julien Comelli, dans un bonus,  contextualise le film et nous livre quelques infos essentielles sur la distribution et l’équipe technique.
D.L






samedi 9 septembre 2017

LE COMPLEXE DE FRANKENSTEIN en DVD et BluRay chez Carlotta le 27 septembre

Les lecteurs de Mad Movies connaissent bien Alexandre Poncet, rédacteur récurrent de la revue et sa passion communicative pour les effets spéciaux et les musiques de films. En compagnie de Gilles Penso (Ray Harryhausen : le titan des effets spéciaux), il signe ce documentaire consacré entièrement à ces magiciens du cinéma en charge de matérialiser à l'écran les idées les plus folles des scénaristes et des réalisateurs : Phil Tippett, Rick Baker, les frangins Chiodo, Greg Nicotero, Chris Walas, j'en passe et des meilleurs. En croisant leurs entretiens conjugués à des images d'archives et des extraits de films, le duo de réalisateur parcourt l'histoire des effets spéciaux, de Méliès à nos jours, passant en revue les différentes techniques du stop motion jusqu'aux décriés CGI mettant en exergue l'incroyable évolution de ces techniques. Certains commentaires démontrent combien les années 80 et 90 furent un véritable âge d'or pour le maquillage et les effets spéciaux et regrettent à mots couverts certaines évolutions technologiques qui ont gommé une part d'humanité et  d'émerveillement des créations, mais sans tomber dans l'anti-numérique primaire. Le récit fourmille d'anecdotes (les singes grimés en Gremlins qui ont chié partout !) alors que les images nous rappelle irrémédiablement tout un pan du cinéma Fantastique et de notre cinéphilie  : ah ces extraits de Killer Klowns rien que pour ça le film vaut le coup à mes yeux. C'est là la plus belle des réussites de ce documentaire, celle de nous inclure dans cette Histoire avec un grand H car les films évoqués, les monstres que nous avons adorés,  ont jalonné notre existence, la marquant de manière indélébile. D'ailleurs, la conclusion où chacun parle de ce métier hors-norme en insistant sur la créativité, sur l'émerveillement et sur l'âme d'enfant,  rejoint finalement ce que nous autres, les ados des années 80, les enfants des vidéoclubs recherchons irrémédiablement dans le cinéma Fantastique : des madeleines de l'enfance que nous adorons croquer en souvenir de nos belles années.
En outre, il est intéressant de donner la parole à ces artisans, à ces artistes (Phil Tippett d'une philosophie bluffante) nous permettant de mettre un visage sur des noms dont nous avons adulé le travail. Les précurseurs ne sont pas oubliés : Mélies, Jack Pierce, Lon Chaney, Dick Smith traversent également ce documentaire.
Le DVD édité par Carlotta foisonne, en plus, de suppléments fleurant bon la caverne d'Ali Baba : dans l'antre de Rick Baker, de Tom Woodruff, l'art de Kevin Yagher, entretiens avec Christophe Gans, Joe Dante ou encore John Landis. Une seconde galette remplie jusqu'à la gamelle de "compléments" au documentaire pour poursuivre le voyage dans cet univers singulier.
Un achat indispensable pour tous les fantasticophiles ! (D.L)




lundi 4 septembre 2017

la fin de l'été, ma pomme chez Monsters Squad et B.MOVIE POSTERS Volume 1

Alors que les marmots reprennent le chemin de l'école le sac Dora l'exploratrice rempli jusqu'à la gamelle de feuilles blanches à noircir et de colle à renifler, la Terre ne cesse pas subitement de tourner bien au contraire.
Pendant que les précommandes du Médusa Fanzine n°28, qui a rejoint l'imprimerie dans les ultimes heures chaudes d'aout, battent leur plein (vous n'avez pas encore précommandé, par le pouvoir su crâne ancestral,  c'est par ici), la joyeuse bande de fous furieux de Monsters Squad, par l'intermédiaire de l'âme damnée  Pascal Gillon m'a interviewé de façon ludique et détendu, et m'a posé leur fameux questionnaire de presque Proust. Je vous file le lien de cet entretien mais profitez-en également pour visiter les lieux, il y a de la très bonne lecture  : Monsters Squad



Autre précommande en cours et qui fait saliver l'amoureux des belles affiches que je suis, B-MOVIES POSTERS volume 1, un ouvrage signé Damien Granger et qui ravira j'en suis certain tous les fantasticophiles. La campagne Ulule est en cours pour nous, vous, te, ME permettre de compulser ce bel objet près de ma cheminée pour Noël. J'en ronronne d'avance.

 Rendez-vous dès maintenant sur la page du projet où tout est expliqué (les contributions, le sommaire, quelques exemples d'affiches, j'en passe et des meilleurs !) : https://fr.ulule.com/b-movie-posters-2/

Enfin, vous aurez remarqué que je chronique quelques DVD ou Blu-Ray sortis récemment, j'ai décidé en effet de relayer sur ce blog quelques éditions pour dynamiser de nouveau ce blog, j'espère que vous y trouverez votre compte, viva Médusa !

samedi 2 septembre 2017

SAUVEZ LE NEPTUNE chez Elephant Films




Deuxième film de la vague éditée par Elephant Films, Sauvez le Neptune, millésimé 1978 arrive tardivement après le cortège de films catastrophe des années 70 (La Tour infernale, L’aventure du Poséidon, 747 en péril, Airport, Terreur sur le Britannic, etc.). Il appartient au sous-genre du catastrophisme axé sur la défaillance technique d’un moyen de transport (avion, bateau, zeppelin ou ici sous-marin), alors que l’autre tendance s’articule autour des fléaux naturels (éruption volcanique, ouragan, tremblement de terre, changement climatique, tsunami…).
Le Neptune, un sous-marin de l’US Navy, remonte à la surface au terme de la dernière mission de son commandant (Charlton Heston). Dans un épais brouillard digne du légendaire Fog londonien, il percute un chalutier qui passait par là et s’échoue au fond de l’océan aux abords d’une faille. Les secours s’organisent alors que la tension augmente au contraire des réserves d’air dans le vaisseau.
Alternant scènes de huis clos dans le sous-marin en péril et extérieurs sur les secours qui s’organisent, le film de David Greene suit un schéma ultra balisé : les premières victimes, les blessés qui agonisent, les rivalités naissantes, les désobéissances, les tentatives avortées, les recherches infructueuses et le climax final où l’héroïsme sacrificiel (David Carradine) triomphe. Un film sans surprise donc mais réellement plaisant. Déjà, tout a un sens et si, dès le numéro 1 de Médusa Fanzine en 1989, j’avais publié une filmographie de Charlton Heston, c’est que cet acteur formidable (Les 10 commandements, Soleil Vert, La planète des singes…) était et demeure une de mes idoles de jeunesses avec John Wayne, Bruce Lee, Johnny Weismuller et quelques autres. Son unique présence m’incite d’emblée à acquérir le film. Dire qu’il est parfait dans le rôle du commandant rongé par la culpabilité relève du doux euphémisme. C’est un rôle taillé pour lui conjuguant autorité et humanisme : il s’enquiert fréquemment de la santé des blessés tout en étant intransigeant avec ceux qui entravent le sauvetage. Au casting, nous retrouvons également David Carradine alors auréolé de la gloire de la série Kung Fu, il incarne l’inventeur d’un sous-marin de poche qui permettra de retrouver l’épave. Son co-pilote n’est autre que Ned Beatty dont le sort dans Délivrance en avait traumatisé plus d’un. Parmi les autres acteurs, nous remarquons évidemment Stacy Keach, Ronny Cox et Christopher Reeve juste avant qu’il ne devienne Superman à tout jamais.
Parmi les meilleurs moments du film, signalons cette scène assez incroyable où l’équipage coincé au fond de l’océan ne trouve rien de mieux que de regarder Les dents de la mer pour passer le temps ! Mal leur en prend puisque les choses s’aggravent sérieusement durant la projection !
Sans être dans le top 5 du film catastrophe, Sauvez le Neptune réussit à divertir le spectateur en le tenant en haleine jusqu’à la dernière bobine. Les présences d’acteurs confirmés et un huis clos relativement bien maitrisé par David Greene suffisent à élever cette bande au-dessus de la  ligne de flottaison.
Du côté des bonus, la même équipe que pour Le Toboggan de la mort, nous dispense des informations toujours pertinentes sur le film, Julien Comelli présentant même ce filon d’exploitation à lui seul que constitue le film de « sous-marin » traversant les genres du film de guerre à l’espionnage en passant par le film catastrophe. Le documentaire, La dame grise (en référence au titre original : Gray Lady Down) d’une dizaine de minutes s’avère informatif sans être rébarbatif. C’est tout ce que l’on demande à un bonus !
D.L




mercredi 30 août 2017

LE TOBOGGAN DE LA MORT en BluRay chez Elephant Films !





Moi, vous me connaissez, il ne faut pas grand-chose pour me rendre heureux. Ainsi, dès que je vois apparaitre le logo de la Universal des 70’s, je sais que je vais au mieux assister à un grand spectacle, au pire suivre un agréable divertissement. Le cinéma américain des seventies demeure mon paradis perdu, l’île nue sur laquelle j’aime à venir m’étendre béatement. Quelle ne fut pas ma joie lorsque j’appris qu’Elephant s’apprêtait à rééditer début septembre (entre le 4 et le 6, je subodore donc qu’il s’agit du 5), cinq films de cette glorieuse décennie.
Parmi eux, Le Toboggan de la mort (Rollercoaster), métrage conjuguant thriller policier caractéristique de cette époque (façon Columbo pour situer) et film catastrophe, genre alors à son apex. Réalisé par James Goldstone (Le jour de la fin du monde), qui œuvra principalement pour le petit écran, le film situe son action dans l’univers des parcs d’attraction, cibles d’un loup solitaire terroriste réclamant une forte somme d’argent pour épargner la vie d’innocents. Goldstone démarre d’abord par un de ses sabotages où les wagons d’un grand-huit (un rollercoaster du titre original) finissent dans le décor. Si les autorités privilégient d’abord la thèse de l’accident, la pugnacité et le flair d’Harry Calder (impeccable George Segal)  les amèneront bientôt sur les traces de ce fou dangereux (Timothy Bottoms impeccable lui-aussi). Le suspense montra crescendo jusqu’au dénouement alors qu’une nouvelle attraction à sensations dans un parc a été piégée le jour de son inauguration en grandes pompes (le groupe Sparks y donne un concert et le maire (Robert Quarry) coupe le cordon…).
Si Goldstone abuse un peu trop des plans dans les manèges (ça sent le deal avec les patrons des lieux), il maitrise parfaitement son sujet en insistant davantage sur l’enquête et la personnalité du tueur, plutôt que sur la catastrophe (le « gros » accident a lieu dès la première bobine). Nous n’ignorons rien de l’identité de ce dernier, nous connaissons son visage et n’attendons qu’une chose, que les autorités le chopent. Ses motivations mercantiles ne chargent pas le film en message politique, même si sa manière de frapper au hasard des innocents a une résonance particulière aujourd’hui en plein état d’urgence.
Il faut resituer le film dans son contexte et l’apprécier à sa juste valeur. Il représente à mes yeux le haut du panier du film catastrophe, justement en détournant le principe pour nous offrir un polar bien carabiné.
Plaisir des 70’s, outre les caisses à l’allure folle, la patine de la photographie, nous avons droit à une galerie d’acteurs que nous affectionnons énormément comme Richard Widmark (ici dans la peau d’un agent du FBI), Henry Fonda (patron de Segal) ou encore Susan Strasberg (vue dans le Hammer, Hurler de Peur). Nous reconnaissons même une juvénile Helen Hunt qui interprète la fille de Segal.
La version intégrale restaurée  (118')  du BluRay est nickel et dans les bonus vous aurez droit à la présentation et la contextualisation du film par Julien Comelli, décontracté et clair. Il met notamment en exergue les liens qui unissent cette production à l’univers de Columbo.

(D.L)